An office for Infirmiers de rue in Liege

by Infirmiers de rue asbl
Infirmiers de rue asbl
Infirmiers de rue asbl
from €15.000
Contributors

Premières maraudes à Liège

Ça y est, l'antenne liégeoise d'Infirmiers de rue est opérationnelle !En effet, l'équipe a effectué ses premières maraudes et a déjà accompagné des patients vers les centres médicaux et d'hygiène.C'est le cas de Monsieur B., qui s'est rendu à la Fontaine avec Fanny et Gaïd. Il y a bu quelques cafés bien chauds, a pu laver ses vêtements et prendre une douche. Après un passage chez le coiffeur, ils se sont rendus à son rendez-vous médical.Petit à petit, la confiance s'installe et le lien se tisse. Les prochaines rencontres seront certainement très enrichissantes et la situation de Monsieur devrait évoluer de manière positive.

Premières maraudes à Liège

What ?

"It still seems impossible, until we do." Nelson Mandela

Disclaimer : Sorry, this campaign is only available in French and Dutch. 

Travaillant à Liège avec des personnes sans-abri pendant plus de deux ans, Fanny et Camille ont mis en évidence un réel manque de professionnels de la santé sur le terrain. Ce besoin, trop longtemps ignoré, semble essentiel aujourd’hui, étant données les conditions de vie de plus en plus intolérables des personnes sans-abri.

La création d’un groupe de travail avec les acteurs de terrain leur a permis de faire une cartographie du réseau liégeois et d’ainsi, cibler les priorités : rendre la personne actrice de sa santé, lui permettre un accès aux soins. La présence de travailleurs médicaux en contact direct avec le milieu de vie des personnes sans-abri est cruciale.

Leur entrée dans le Venturelab et la prise de contact avec l’équipe d’Infirmiers de rue (IDR) de Bruxelles leur ont permis de concrétiser ce beau projet. En effet, l’ASBL va lancer une antenne d’IDR à Liège en mai 2019. Fanny et Camille seront les premières infirmières sur le terrain.

Comme déjà démontré à de multiples reprises par les infirmiers de rue de Bruxelles, un accompagnement intensif basé sur une approche par l'hygiène et la valorisation des ressources de la personne permettra une réinsertion durable en logement. 

Nous utiliserons les 15 000 euros pour les premiers frais de fonctionnement à savoir :

How ?

Fanny et Camille travailleront (à 4/5ème) sur le terrain en tant qu’infirmières de rue. Elles appliqueront la même méthodologie de travail que les infirmiers de rue de Bruxelles, qu’elles ont eu l’occasion d’apprendre au cours de leur formation de quatre mois au sein de l’équipe bruxelloise.

Ainsi, elles iront directement au contact des personnes les plus vulnérables en les rencontrant dans leur milieu de vie, à savoir la rue. L’objectif est d’assurer un suivi médical global de la personne avec pour finalité de lui permettre de retrouver un logement. Elles accompagneront les personnes de manière intensive et sur du long terme:

  • En utilisant l’hygiène et la valorisation des talents comme moyen d’entrer en contact avec la personne.
  • En lui trouvant un médecin traitant afin de faire, avec elle, le point sur son état de santé.
  • En accompagnant la personne à ses rendez-vous médicaux et en assurant le bon suivi des traitements prescrits.
  • En accompagnant la personne dans les différents services existants en fonction de ses demandes.
  • En étant un « intermédiaire » entre les différents acteurs de santé (médecin traitant, maison médicale, hôpital…).

Gaïd sera la gestionnaire de projet (à 4/5ème). Plus concrètement, elle s’occupera de la recherche de partenaires, la recherche de subsides, la gestion financière, la collaboration avec le réseau social liégeois, la coordination de l’équipe de terrain…

Emilie Meessen et Pierre Ryckmans en seront respectivement la coordinatrice et le médecin responsable des patients.

Impact

Ce projet va permettre d’améliorer les conditions de vie des personnes sans-abri, de lutter ensemble contre le sans-abrisme. Nous avons à cœur de répondre aux besoins du réseau social liégeois. Ainsi, nous serons présentes pour renforcer ce réseau et collaborer avec ses différents acteurs afin d’éviter l’épuisement des travailleurs sociaux par la réalisation de démarches similaires.

Who are the Street Nurses ?

Émilie Meessen est jeune infirmière lorsqu’elle fait le constat suivant : malgré le grand nombre d’associations médico-sociales existantes à Bruxelles, il y a toujours énormément de personnes sans-abri. Elle décide alors, ensemble avec son amie Sara Janssens, de fonder Infirmiers de rue ASBL en 2005.

En 2010, Émilie est élue « Ashoka Fellow » pour son travail et son impact avec l’équipe d’Infirmiers de rue. Elle fait ainsi partie des dix (10) Belges sélectionnés par Ashoka et reconnus parmi les meilleurs entrepreneurs sociaux du monde.

Infirmiers de rue compte aujourd’hui 31 employés (25,4 équivalents temps plein) et travaille sur la base de trois (3) pôles d’activités :

  • un pôle « travail de rue » ;
  • un pôle « logement » ; et
  • un pôle « gestion ».

Infirmiers de rue est reconnue pour ses résultats et sa manière efficace de travailler en partenariat avec les différents acteurs médico-sociaux (hôpitaux, agences immobilières sociales, CPAS, sociétés de logement social).

Rester au courant des actions d’Infirmiers de rue ? Inscrivez-vous sur notre e-news : http://eepurl.com/c8Z2xP

 

Learn more

More about homelessness in Belgium and Liège

En Belgique, on estime le nombre de personnes sans-abri à 17.000 dont 75% déclarent avoir des problèmes de santé.

A Liège, selon le « Front Commun des SDF », syndicat national de personnes sans-abri, il y aurait aujourd’hui plus de 500 personnes sans-abri. En 2018, 26 personnes sont mortes des suites de leur vie dans la rue.

Le mauvais suivi de la situation sanitaire constitue l’une des premières causes de mortalité chez les personnes précarisées.

Les causes du sans-abrisme sont nombreuses. Il s’agit généralement d’une combinaison de facteurs, complexes et liés, qui engendrent cette situation particulière, tels :

  1. des facteurs personnels : rupture, mort d’un partenaire, perte d’un travail, toxicomanie, etc. ;
  2. des facteurs institutionnels : absence de services d’accompagnement adéquats, sortie de prison, etc. ;
  3. des facteurs structurels : absence de logement adéquat et abordable, taux élevé de chômage, violence domestique, etc.

 

The Team

Questions?

Use this forum to ask questions about the campaign.
Please login to participate in the discussion.